Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vengeance estivale

Publié le par F.H

Vengeance estivale

L'été meurtrier de Jean Becker avec Isabelle Adjani, Alain Souchon, Suzanne Flon, François Cluzet. Sorti en 1983.

NOTE : 8/10

Voilà un été dont on se souviendra. Cet été c'est L'été meurtrier de Jean Becker, adapté du roman éponyme de Sébastien Japrisot (également scénariste pour le film) publié en 1977. L'histoire est celle de Florimond (Alain Souchon) alias Pin-Pon qui tombe amoureux d'Eliane (Isabelle Adjani) alias Elle ou Celle-là. La jeune fille s'est installé il y a peu dans le village avec sa mère et son père, paralysé. Elle est très belle, mystérieuse, elle attire tous les regards. Et surtout elle cherche à avoir des informations sur un piano mécanique que le père de Florimond aurait ramené un certain soir de novembre 1955...

Tout d'abord, Japrisot étant l'un des scénaristes, les différences entre le livre et le film ne sont pas très grandes, ce qui constitue pour ma part un très bon point. De plus, dans le livre, l'histoire est racontée selon différents points de vue. Cet aspect est gardé dans le film à travers l'utilisation des différentes voix-off, ce qui permet de conserver cette multiplicité des voix qui est très intéressante. Le film débute avec la même citation que dans le roman : "Je serai le juge et je serai le jury dit Fury, le rusé compère/J'instruirai seul toute l'affaire/Et je vous condamnerai à mort." (Alice au pays des merveilles). Elle résume, à mon sens, de manière formidable toute l'histoire.
Les acteurs ont tous été très bien choisis, Adjani et Souchon en tête. Adjani arrive à retranscrire à merveille le caractère très complexe, à la foix exubérant et infiniment triste de son personnage. Elle incarne ce mystère qui entoure "celle-là". Son césar de la meilleure actrice est mérité! Alain Souchon est également parfait en Pin-Pon, être naïf mais pas tout à fait, blessé et surtout passionnément amoureux. L'intensité dramatique est bien présente et monte crescendo. On sent que le tragique n'est jamais loin et que quelque chose va se produire. Les flashbacks sont utilisés au bon moment et permettent de conserver cette tension latente. Il y a aussi des passages très drôles (notamment entre Elle et la sono cassée, tante de Pin-Pon jouée par l'excellente Suzanne Flon). Certains dialogues du livre sont retranscrits mots pour mots à l'écran. Le roman avait un ton très oral ce qui l'a rendu, je pense, facilement adaptable.
Le film a quelque peu vieilli, certes, mais il reste encore aujourd'hui l'un des meilleurs films français et sûrement le chef d'oeuvre de Jean Becker.

Vengeance estivale

Commenter cet article

cineaddict 17/09/2013 10:14

Oui, je suis d'accord. J'avais aussi adoré "Deux jours à tuer" et moi non plus j'ai pas pleuré à la fin, pas du tout !

Mfacto 16/09/2013 19:50

Quand on parle de Jean Becket, il est assez dur de ne pas parler de chef d'oeuvre ! Je me souviens avoir beaucoup aimé "Deux Jours à tuer"... Et non j'ai pas pleuré à la fin !